NOTE SUR LE TRAVAIL :

 

Je m'intéresse aux phénomènes d’autorités et aux mécanismes qui sont à l'oeuvre depuis l'intérieur du white cube, de l'espace de la galerie. Là où, comme le pointe si bien Brian O'Doherty "les spectateurs ont quelque chose d'artificiel" et où s'opère une mise en abîme de la conscience, je manoeuvre avec des codes bien définis: Le comportement des corps, le temps du regard, le point de vue, le mobilier, la relation au temps, la disparition de la présence ou dans un autre registre, les à priori… Le socle, motif récurrent dans mon travail, m'intéresse pour son statut d'objet à la fois présent et invisible. Cette forme blanche, lieu possible de projections est devenue pour moi le moyen d'engager une forme de libération. Il s’agit de mettre à l’oeuvre un questionnement existentiel au moment même où il est mis en danger par l’habitude du regard. Aux moyens de l'installation, du son, de la voix, de la narration et de la vidéo, je m'amuse à faire porter par l'objet une sorte de commentaire sur lui même ; lequel dans un effet miroir, peut briser les barrières entre le regardeur et l’objet regardé.